techne marseille

LIEUX

SECONDE  NATURE

27 bis rue du 11 novembre 13100 Aix-en-Provence

Ligne de Bus : 1, 2, 3, 4, 5, 13, 20, 21 et 23 (arrêt Sextus)

Seconde Nature est un projet pluridisciplinaire promouvant les créations artistiques associées aux champs des musiques électroniques et des arts multimédia. A travers ses activités de production, de diffusion et de transmission, cette association met en lumière une création contemporaine hybride et décloisonnée.
Outre son festival annuel, Seconde Nature dispose d’un espace de 200 m2 dans le centre-ville aixois. Celui-ci est l’occasion de positionner des rendez-vous réguliers tout au long de l’année. Live et DJ set, expositions, soirées cinéma, rencontres, workshops et bien d’autres événements s’alternent ainsi au gré des semaines.

www.secondenature.org

LES BANCS PUBLICS, Lieu d’expérimentations culturelles

10 rue Ricard 13003 Marseille

lignes 31, 32, 33 et 34 Arrêt : Loubon-Belle de Mai ou Place Caffo.

Le projet artistique des Bancs Publics – lieu d’expérimentations culturelles est tourné du côté de la création. A de très rares exceptions près, les manifestations publiques proposées dans notre lieu font suite aux périodes de résidence des artistes sur le site. En règle générale, les Bancs Publics accueillent des projets, et pas des objets . Outre les artistes et compagnies accueillis dans ce cadre, la compagnie L’ORPHELINE EST UNE EPINE DANS LE PIED est associée en permanence au lieu et à sa politique artistique.
Les bancs publics sont soucieux d’accompagner des démarches ordinairement qualifiées de risquées ou encore d’expérimentales. Si la recherche ne saurait être tenue pour une finalité autonome, ses conditions de possibilité conditionnent néanmoins fortement l’émergence de nouvelles esthétiques. Attentif au caractère processuel de toute démarche de création, aux démarches innovantes, aux tentatives, aux étapes, aux performances, le lieu entend ouvrir un espace de liberté aux artistes en leur proposant des conditions de travail adaptées à leurs nécessités.
Cet accompagnement des démarches et des projets refuse tout monothéisme du genre. Peu importe le langage artistique retenu, a priori : théâtre, danse, musique, installations, performances trouvent leur place dans la programmation. Mieux : de nombreux projets accueillis ne sauraient se laisser catégoriser ; ils laissent poreuses, en leur sein, les frontières disciplinaires traditionnelles qui parfois segmentent indûment le champ des arts vivants.
La manifestation « Les rencontres à l’échelle » constitue le temps fort annuel du projet artistique des Bancs Publics. Ces Rencontres témoignent du désir de nouer entre elles des échappées de sens et de sensations. Elles répondent aussi au besoin d’ébranler nos outils perceptifs et intellectuels, et d’accompagner l’émergence d’une autre présence ici et maintenant. Les Rencontres à l’Echelle sont résolument ouvertes aux artistes de l’Europe ou d’ailleurs.

www.bancspublics.free.fr

GMEM

15, rue de  Cassis 13008 Marseille

Le GMEM, labellisé Centre National de Création Musicale en 1997, dirigé par Raphaël de Vivo, conduit des actions dans le domaine de la création musicale, la recherche, la formation et la pédagogie, la production et la diffusion des musiques d’aujourd’hui, notamment dans le cadre du  »Festival Les Musiques », des  »Intramuros », et autres événements (concerts, installations, colloques, résidences…) à rayonnement national et international.
Le GMEM, couvre un champ musical vaste : musiques mixtes, électroacoustiques, instrumentales et vocales… et développe des projets pluridisciplinaires liés aux arts plastiques et visuels, à la danse et au théâtre.
Le GMEM accueille en résidence de création des compositeurs, des interprètes et différents artistes, susceptibles de bénéficier aussi de commandes d’État.
L’Atelier/Studio du GMEM regroupe des studios de composition, de recherche et de post-production, ainsi que des salles de répétitions et un espace de diffusion.

Raphël de Vivo

www.gmem.org

PETIT THEATRES DE LA FRICHE DE LA BELLE DE MAI

41, rue Jobin 13003 Marseille

SALON

37, cours Franklin Roosevelt 13001 Marseille

Metro ligne 1 :  Réformés – Lignes de Bus 52 et 74 (arrêt  Roosevelt Réformés)

Ancien Hôtel particulier situer en plein centre de Marseille, cette année les RIAM ouvre un espace dédier a la rencontres avec notre public en présentant des labels, des performances et une installation préfigurant un lieux pour lesquel l’association Technè aimerais voir le jour.

www.techne-marseille.com

L’ENTHROPY

1, rue consolat 13001 Marseille

Metro ligne 1 :  Réformés

Dernier salle de concert ouvert a Marseille, L’Enthropy mêle punk et Cumbia avec une programmation intensif (cinq concert par semaine), les activist enthropophage non pas fini de nous tenir en eveil.

www.myspace.com/enthropyasso

L’EMBOBINEUSE

11, Bld Boués 13003 Marseille

Lignes de Bus 33 et 34 (arrêt  Clovis Hugues)

L’Embobineuse est un lieu vivant, ouvert à tous les désirs d’expression et d’expérimentation artistique. Installée au cœur du quartier la Belle de Mai à Marseille depuis 2004, cette ancienne usine de réparation de bobines éléctriques a été transformée en espace de production et de diffusion de l’art « déviant, émergent, souterrain, sauvage, hors standard ». Un tunnel orné de rideaux rouges (hommage à la black lodge de David Lynch) avec une scène en forme de damier noir et blanc, qui cherche à « mettre en scène sans tabou le nihilisme de notre temps pour mieux le liquider ».

La programmation a déjà vu passer des artistes de la scène underground internationale tels que Sensationnal, Spectre (label wordsound NY), Lesbian on Extasy (Canada), Melted Men (USA), George Leningrad (Quebec), ainsi que des performers tels que Jean Georges Tartare(s), Jean-Louis Costes, Didier Super, Cyril Lepetit, Joël Hubot. Théâtre, concerts, projections, performances, sont combinés dans la programmation et souvent au cours d’une même soirée. Outre la programmation, lʼEmbobineuse produit des œuvres théâtrales, musicales, plastiques et audiovisuelles dans ses ateliers de résidence.

www.lembobineuse.biz

OÙ – lieu d’exposition pour l’art actuel

58, rue Jean de Bernardy 13001 Marseille

Le lieu d’exposition de la rue Jean de Bernardy, semble paradoxalement se situer dans un territoire indéterminé qui serait peut-être celui de l’art contemporain. Aménageant les possibles, OÙ est un territoire où se déterminent simultanément les espaces de création et des temps de regards.
Mais la quête d’une quatrième dimension, d’un espace-temps nouveau n’a rien de fictionnel. Ancré dans les réalités économiques et laborieuses de la création et de l’exposition, le lieu travaille à exploiter les contraintes.
Renversant alors l’énoncé, OÙ interpelle : jusqu’où ces réalités peuvent-elles mener ?

Lieu où les expositions se succèdent à un rythme effréné depuis l’an 2000, OÙ accroche et décroche des expositions individuelles ou collectives présentées pendant quatre semaines. Entre deux expositions ne s’écoule généralement pas plus d’un week-end. Mais ceci n’est pas non plus une machine : ce qui motive ce rythme relève davantage de la volonté de refléter le bouillonnement créateur des artistes, la dimension active de leur travail en tant que réalité trop souvent oubliée.

OÙ est avant tout LE lieu où l’on produit pour expérimenter, pour engager une quête artistique parfois inattendue. Les expositions présentées provoquent avant tout la rencontre entre les productions formellement différentes et un large public. Sans titre, sans thématique qui orienterait la lecture du spectateur et surtout sans opposition, ce choix tient du démantèlement des systématismes généralement exploités par les commissaires d’exposition. Ici, les travaux artistiques sont présentés pour ce qu’ils sont et pour un potentiel qu’ils ne soupçonnent pas eux-mêmes. Subtilement poussés à dépasser leur démarche respective, les artistes présentent ainsi
des oeuvres dévoilées dans leur simplicité et valorisées dans une force singulière. Pourtant, la cohérence et l’unité nous touchent ici au plus profond et de manière si naturelle que la formulation même de leur explication est difficile. Et c’est sans doute là que se situe l’abolition même des automatismes thématiques ou visuels du commun des expositions. Les accrochages sont envisagés contre la facilité et le conventionnalisme, tout en rendant naturellement sensible le travail même de celle ou celui qui l’a pensé.

www.ou-marseille.com

VIDEOCHRONIQUES

1 place de Lorette 13002 Marseille

Vidéochroniques est une association sans but lucratif créée en 1989 et implantée à Marseille. Elle organise des expositions et des projections, accueille des artistes en résidence et dispose d’un important fonds de ressources documentaires accessible au public. Elle travaille avec un réseau local, national et international de partenaires : festivals, distributeurs, diffuseurs…

Fondée par une poignée de personnalités issues d’horizons différents (plasticiens, chorégraphes, chercheurs, etc.), Vidéochroniques avait initialement pour vocation de promouvoir les divers usages d’un médium spécifique – la vidéo – encore émergent à cette époque dans le contexte artistique et culturel. À partir de la fin des années quatre-vingt-dix, sous l’impulsion d’une partie de ses membres et d’une nouvelle direction, l’objet éditorial de la structure s’est ancré plus explicitement dans le champ de l’art contemporain. Cette évolution, encore affirmée depuis l’ouverture de son propre espace d’exposition, caractérisé à la fois par ses dimensions imposantes (400 m2 consacrés à la monstration des œuvres) et sa situation centrale, se traduit aujourd’hui par la diffusion d’œuvres ne relevant pas exclusivement de l’image mobile, qui témoigne aussi de la réalité des propositions formulées par l’artiste et de la variété des supports dont il fait usage.

La nouvelle implantation de Vidéochroniques, qui succède à dix années de résidence à la Friche la Belle de Mai, lui offre également l’opportunité de réunir et de centraliser durablement l’ensemble de ses activités, réparties en trois principaux volets distincts et complémentaires à la fois : la diffusion des œuvres, les résidences d’artistes et l’activité-ressource.

Les actions de diffusion, auparavant menées seulement avec la complicité de lieux partenaires (associations, centre d’art, musées…) constituent la mission initiale et principale de Vidéochroniques. La réflexion ainsi poursuivie s’appuie sur des éléments de programmation divers par leur nature et leur forme. Outre les expositions personnelles et collectives, l’association s’applique également à promouvoir, sous la forme de séances de projection, des objets singuliers  qui s’inscrivent en dehors des systèmes et réseaux de production et de diffusion traditionnels, commerciaux et industriels ou grand public (vidéos d’artistes, films expérimentaux, documentaire de création, cinéma underground). Diffusés en salle ou en plein air, ces programmes revêtent selon les cas un caractère thématique ou monographique. D’autres propositions, telles que celle du concert ou de la performance complètent occasionellement l’éventail des formes mises en œuvre.

www.videochroniques.org

GALERIE SEIZE

16 rue fontange 13006 Marseille

Ancienne chambre froide puis atelier de couture, le numéro seize de la rue Fontange se pose aujourd’hui comme le nouveau creuset marseillais de la création contemporaine, idéalement situé au cœur du très artistique quartier de Notre-Dame-du-Mont. A l’origine du projet, sept passionnés, sept personnalités affirmées et autant de sensibilités particulières ayant pour trait commun le désir d’inscrire leurs travaux et leur ville dans une dynamique moderne et futuriste. Couplés au sein de Seize, une galerie d’art et un cornershop offriront aux amateurs comme aux professionnels un aperçu précis et objectif du champ des possibles de la création graphique moderne.

A l’image de ses créateurs, Seize se revendique donc jeune mais mâture, ambitieux mais réaliste, et prône le soutien aux initiatives artistiques émergentes au même titre que la présentation d’artistes reconnus. Fil d’Ariane du projet, la volonté farouche de surprendre en étant sur le fil d’un mouvement en perpétuelle ébullition. Sans œillères mais pas sans fil conducteur, la programmation de Seize sera éclectique et vivante, abordant des thèmes et modes d’expression variés comme par exemple le wall drawing, le paper design, la peinture, le graphisme, la vidéo ou encore les installations combinant le tout…

Point de rencontre évident entre collectionneurs, curieux, amateurs avertis et artistes, Seize entend ouvrir au plus grand nombre les portes d’une certaine idée de l’art rarement mise en lumière dans la région et trop peu au niveau national. Son cornershop proposera en plus des œuvres originales (et en séries limitées) qu’y
créeront les artistes des ouvrages d’art et des toys, entre autres choses.

Innovant mais respectueux, Seize s’inscrit par ailleurs dans une démarche durable et écologique dans le choix des supports, matériaux et médias utilisés pour sa communication.

www.seizegalerie.com

CAFE JULIEN

39, Cours Julien – 13006 Marseille

Métro ligne 2 (arrêt Notre Dame de Mont) – Tramway T1 et T2 (arrêt Noailles)

En 1984, l’Espace Julien est né de la réhabilitation d’une Friche Maraîchère du centre-ville de Marseille lancée en 1970.
C’est ainsi que la Halle Omer Decugis fut transformée dès 1973 en Centre Socio-Culturel par la Ville de Marseille.
Dès son ouverture, l’Espace Julien positionna son projet artistique sur la base de deux pôles :
- un pôle Musiques Actuelles qui, du Rock au Jazz, du Hip-Hop à la Chanson s’organisa autour de la diffusion, la formation, l’accompagnement des carrières…
- un pôle Musiques Communautaires dont les acteurs et les artistes attendaient un lieu d’expression et de diffusion professionnel et professionnalisant.

www.espace-julien.com